Du lien sur-mesure au fil de l'emploi

en région Provence-Alpes-Côte d'Azur

Paroles
d'employeur
Paroles
de candidat
Chiffres
et mesures

Une formation accélératrice de destinées Paroles de candidat

Alexandre Hamel, Elodie Thauvin et Christophe Bautista, co-dirigeants de "OHMYDEVS"

13 - Marseille

En quelques mois, les trois associés sont passés de demandeurs d'emploi à créateurs d'entreprise, suite à une formation "web" financée par Pôle emploi et l'appui de Marseille Innovation. Une aventure inattendue vécue avec enthousiasme.

Chaque adulte sait détecter les moments clés qui ont orienté son existence. Pour Alexandre Hamel, graphiste-maquettiste, son entrée en formation en restera définitivement un ! Demandeur d’emploi en 2016, il fait part de son souhait d’enrichir ses compétences à son conseiller Pôle emploi en vue d’accroître son employabilité. Ce dernier l’oriente vers une école de formation aux métiers du web, Webforce 3, qui revendique un taux de retour à l’emploi de 75 %. Il obtient le financement du stage par Pôle emploi. Le jeune homme se retrouve dans un groupe où des affinités s’instaurent entre les étudiants.

« Pôle emploi a financé la formation que je n'aurais pas pu assumer seul. »

Co-dirigeante de Webforce 3, en charge de cette formation, Joëlle Devaux saisit le potentiel de plusieurs étudiants et suggère l’idée d’une création d’entreprise. « Portés par leurs complémentarités professionnelles, ils ont commencé à l’explorer collectivement. Notre appui juridique et technique, la dynamique « start-up » de la pépinière Marseille Innovation ont contribué à guider et sécuriser leur projet ». Si tous les étudiants pressentis ne s’y impliqueront pas, Alexandre Hamel, Elodie Thauvin et Christophe Bautista s’y engagent à fond. « Nous n’avions imaginé à aucun instant vivre un tel parcours mais il s’est imposé comme une évidence» admet Alexandre. « Ensemble, nous avons constaté que nous pouvions conduire un projet de A à Z pour nos clients » renchérit Elodie.

C’est ainsi que « Ohmydevs » naît sur le Technopôle de Château-Gombert avec Christophe Bautista pour président et ses acolytes comme directeurs généraux. Surpris lui aussi d’être passé en un an de demandeur d’emploi à dirigeant de société, Christophe se réjouit que Pôle emploi l’ait rapidement intégré à cette formation. Sans ce clin d’œil du destin, se seraient-ils rencontrés? Un autre défi se présente maintenant: conquérir des clients !

Le mot du Conseiller

Agnès Coquillat, Conseillère Entreprise au Pôle emploi de Marseille château-gombert

« Dans le numérique, pour faire face aux besoins en recrutement des entreprises sur ce secteur en tension, nous devons diversifier nos approches pour repérer des profils : méthode de recrutement par simulation, sensibilisation de candidats diplômés sans emploi issus des sciences... Les entreprises réclament savoir-être, capacité à travailler en équipe : elles apprécient notre engagement à leur côté. Par ailleurs, c’est un secteur dans lequel les technologies et langages évoluent très vite. La formation aide donc les demandeurs d'emploi à adapter leurs compétences, à réactualiser leurs connaissances ou à découvrir des métiers où la demande est forte. »

54
métiers
en tension en Provence-Alpes-Côte d'Azur dont 17 jugés prioritaires

La mesure

L’expertise du marché du travail

En lien direct avec les employeurs, les conseillers entreprise ont une connaissance pointue des secteurs porteurs, des métiers qui recrutent localement et des compétences recherchées. Ils suivent de près l’évolution des métiers et les mutations du marché du travail pour accompagner au mieux les entreprises dans leurs recrutements actuels et à venir. Cette démarche prend d’autant plus de sens dans des secteurs dits en tension, c’est-à-dire où le nombre d’offres d’emploi est supérieur au nombre de candidats inscrits dans ces métiers, tels que l’informatique. L’enjeu principal consiste alors à élargir le sourcing des candidats et à adapter les profils aux attentes des entreprises en mobilisant par exemple la formation.