Du lien sur-mesure au fil de l'emploi

en région Provence-Alpes-Côte d'Azur

Paroles
d'employeur
Paroles
de candidat
Chiffres
et mesures

Actionner les sirènes de l’emploi Paroles d'employeur

Thierry Schifano, président de la fédération nationale des transporteurs sanitaires

13 - Bouc Bel Air

Parmi les métiers en tension, celui d’ambulancier peine à recruter, surtout chez les jeunes. Un problème que les professionnels du transport sanitaire prennent à bras-le-corps, avec l’appui de Pôle emploi.

le métier d’ambulancier connaît depuis quelque temps une désaffection que la crise du Covid a amplifiée. Habitués depuis toujours à recevoir plus de candidatures qu’ils n’avaient de postes à offrir, les chefs d’entreprise de transport sanitaire doivent ainsi faire face à une situation inédite, avec 20% de postes vacants au niveau national et près de 25% pour les seules Bouches-du-Rhône. Des contacts ont ainsi été établis avec Pôle emploi, alors que « nous n’y avions jusque-là presque jamais eu recours », admet Thierry Schifano, président de la Fédération nationale de la mobilité sanitaires.

« Pôle emploi est à nos côtés pour susciter des vocations vers nos métiers. »

Avec la désaffection pour le métier, il souhaiterait ainsi créer un « choc d’attractivité », enjouant sur plusieurs leviers, à commencer par la communication. Il s’agit en effet de « faire connaître le métier », afin de pouvoir attirer des jeunes en leur proposant de découvrir le métier, un parcours d’intégration, des perspectives d’évolution, un parcours professionnel (non limité au secteur des ambulanciers mais élargi à la filière de santé : l’ambulancier une passerelle pour accéder au métier de la santé) . Une réflexion est en cours pour intégrer le permis de conduire dans un module du diplôme d’état d’ambulancier, ce qui permettait d’ouvrir l’apprentissage dès l’âge de 17 , 18 ans.La formation continue doit également être renforcée et les classifications révisées. Les rémunérations conventionnelles doivent également être améliorées. Avec Pole emploi, nous souhaitons renforcer les dispositifs de mises en relation avec les demandeurs d’emploi et mettre l’accent sur des méthodes de détection des aptitudes (recrutement par simulation) à devenir ambulancier, en particulier relationnelles (Soft Skills ), puis leur proposer des formations pour accéder au métier, avance Thierry Schifano.

Il souhaite également travailler sur les rémunérations, trop basses aujourd’hui pour un métier empreint de valeurs mais qui comporte des contraintes. « Avec l’État, l’assurance maladie et les entreprises, nous devrions pouvoir trouver un point d’équilibre », pronostique-t-il. Idem pour les perspectives de carrière, « qui doivent offrir, via des formations adaptées, des possibilités de spécialisation ou des passerelles vers les métiers de la santé. » Avec la crise sanitaire qui se prolonge et le vieillissement de la population, ce sont plus que jamais des filières – et des expertises – d’avenir.

Le mot du conseiller

Christine Battesti, Experte régionale Transport-logistique - Directrice territoriale déléguée Var

« Nous avons rencontré les professionnels du transport sanitaire parce qu’ils ont de réelles difficultés de recrutement, ce qui est inhabituel pour eux et explique que jusque-là, ils ne sollicitaient pas toujours Pôle emploi. Ensemble, nous travaillons à une stratégie qui permette d’y remédier, avec des formations adaptées et des parcours professionnels plus lisibles, qui offrent des perspectives de carrières intéressantes. »

12
Expertises d'avenir
identifiées en région

La mesure

Expertises d’avenir

Avec ses 12 équipes d'experts régionaux et territoriaux, Pôle emploi Provence-Alpes-Côte d’Azur structure sa force d'intervention pour mieux lutter contre les tensions du marché du travail. Il s’agit de capter précisément
les besoins en compétences des entreprises, de les traduire en achats de formation si nécessaire, et d’y répondre en proposant des profils de demandeurs d’emploi adaptés. Et parce que demain se construit aujourd’hui, ce réseau a également vocation à être à l’écoute des transformations des métiers et des compétences, à anticiper les mutations des secteurs, pour contribuer à une dynamique économique de long terme.